Comment continuer à travailler quand on n’a pas la motivation

Table of Contents

Il est difficile de se motiver. En fait, je le compare souvent à l’un des exploits du héros allemand fictif Baron Munchausen : Essayer de maintenir sa motivation à travers une tâche, un projet, ou même une carrière peut parfois donner l’impression de se tirer d’un marécage par les cheveux. Il semble que nous ayons une aversion naturelle pour les efforts persistants qu’aucune quantité de caféine ou d’affiches inspirantes ne peut arranger.

Mais une motivation personnelle efficace est l’un des principaux éléments qui distinguent les professionnels très performants de tous les autres. Alors comment continuer à aller de l’avant, même si on n’en a pas envie ?

Dans une certaine mesure, la motivation est personnelle. Ce qui vous fait avancer ne me sert peut-être à rien. Et certaines personnes semblent plus déterminées que d’autres. Cependant, après 20 ans de recherche sur la motivation humaine, mon équipe et moi avons identifié plusieurs stratégies qui semblent fonctionner pour la plupart des gens – qu’ils essaient de perdre du poids, d’économiser pour leur retraite ou de mettre en place une initiative longue et difficile au travail. Si vous n’avez jamais réussi à atteindre un objectif réalisable en raison d’une procrastination ou d’un manque d’engagement – et qui d’entre nous n’y est pas parvenu ? Ces quatre séries de tactiques peuvent vous aider à aller de l’avant.

Concevoir des objectifs, pas des tâches

De nombreuses recherches ont démontré l’importance de se fixer des objectifs. Des études ont montré, par exemple, que lorsque les vendeurs ont des objectifs, ils concluent davantage de marchés, et que lorsque les individus s’engagent à faire de l’exercice quotidien, ils sont plus susceptibles d’augmenter leur niveau de forme physique. Les ambitions abstraites – comme « faire de son mieux » – sont généralement beaucoup moins efficaces que des objectifs concrets, comme attirer dix nouveaux clients par mois ou faire 10 000 pas par jour. En règle générale, tout objectif que vous vous fixez ou que vous acceptez de réaliser doit donc être spécifique.

Les objectifs doivent également, dans la mesure du possible, déclencher une motivation intrinsèque plutôt qu’extrinsèque. Une activité est intrinsèquement motivée lorsqu’elle est considérée comme sa propre fin ; elle est extrinsèquement motivée lorsqu’elle est considérée comme servant un but distinct et ultérieur – vous méritant une récompense ou vous permettant d’éviter une punition. Mes recherches montrent que les motivations intrinsèques prédisent mieux la réussite et le succès que les motivations extrinsèques.

Prenez des résolutions pour le Nouvel An. Nous avons constaté que les personnes qui ont pris des résolutions plus agréables à suivre début janvier – par exemple, suivre un cours de yoga ou ne pas téléphoner le samedi – avaient plus de chances de les tenir en mars que celles qui ont choisi des objectifs plus importants mais moins agréables. Et ce, malgré le fait évident que les aspirations pour la nouvelle année sont généralement difficiles à réaliser ; si elles ne l’étaient pas, il n’y aurait pas lieu de prendre une résolution !

Bien sûr, si la récompense extérieure est suffisamment importante, nous nous attellerons aux tâches les plus désagréables. Suivre une chimiothérapie en est un exemple extrême. Dans un contexte de travail, beaucoup de gens restent dans leur emploi pour l’argent, se sentant comme des « esclaves salariés ». Mais dans de telles situations, elles font généralement le minimum requis pour atteindre l’objectif. Il est peu probable que la motivation extrinsèque à elle seule nous aide à exceller vraiment.

Dans un monde idéal, nous rechercherions tous des rôles et des environnements de travail qui nous plaisent et nous permettraient ainsi de maintenir notre engagement à un niveau élevé. Malheureusement, les gens n’y parviennent pas souvent. Par exemple, mes recherches montrent que lorsqu’on leur demande si les relations positives avec les collègues et les cadres sont essentielles dans leur poste actuel, la plupart des gens répondent par l’affirmative. Mais ils ne se souviennent pas que le moral au bureau était la clé du succès dans leurs emplois passés, et ils ne prédisent pas non plus qu’il sera important pour eux à l’avenir. Aussi, le simple fait de se rappeler de tenir compte de la motivation intrinsèque lors du choix d’un emploi et de la réalisation de projets peut contribuer dans une large mesure à pérenniser le succès.

Dans les cas où cela n’est pas pratique – nous ne trouvons pas tous des emplois et des missions que nous aimons – l’astuce consiste à se concentrer sur les éléments du travail que vous trouvez agréables. Réfléchissez longuement à la façon dont l’accomplissement de la tâche pourrait être satisfaisant – par exemple, en vous donnant la possibilité de mettre en valeur vos compétences devant les dirigeants de votre entreprise, de nouer des relations internes importantes ou de créer de la valeur pour les clients. Enfin, essayez de compenser la corvée par des activités que vous trouvez gratifiantes – par exemple, écoutez de la musique tout en vous attaquant à l’énorme arriéré de courriels dans votre boîte de réception, ou faites des tâches ennuyeuses avec vos amis, votre famille ou vos collègues préférés.

Trouver des récompenses efficaces

Certaines tâches ou même certaines périodes de la carrière sont entièrement onéreuses. Dans ce cas, il peut être utile de vous créer des motivations externes à court ou moyen terme, surtout si elles complètent les incitations offertes par votre organisation. Vous pouvez vous promettre des vacances pour avoir terminé un projet ou vous acheter un cadeau pour avoir perdu du poids. Mais veillez à éviter les incitations perverses. Une erreur consiste à vous récompenser pour la quantité de tâches accomplies ou pour la rapidité alors que vous vous souciez réellement de la qualité des performances. Une comptable qui se récompense pour avoir terminé rapidement ses projets d’audit peut se laisser aller à des erreurs, tandis qu’un vendeur qui s’efforce de maximiser ses ventes plutôt que de renouveler son contrat doit probablement s’attendre à ce que certains clients soient mécontents.

Un autre piège courant consiste à choisir des incitations qui sapent l’objectif que vous avez atteint. Si le prix à payer pour perdre du poids est de manger de la pizza et des gâteaux, il est probable qu’un régime amaigrissant défasse une partie de son travail et rétablisse de mauvaises habitudes. Si la récompense pour avoir excellé au travail une semaine est de se laisser aller la semaine suivante, vous risquez d’atténuer l’impression positive que vous avez faite. Les recherches sur ce que les psychologues appellent l’équilibre montrent que la réalisation d’un objectif autorise parfois les gens à céder à la tentation – ce qui les fait reculer.

En outre, certaines incitations externes sont plus efficaces que d’autres. Par exemple, dans le cadre d’expériences, des chercheurs ont découvert que la plupart des gens travaillent plus dur (en investissant plus d’efforts, de temps et d’argent) pour obtenir une récompense incertaine (par exemple, 50 % de chances d’obtenir 150 ou 50 dollars) que pour une certaine récompense (100 % de chances d’obtenir 100 dollars), peut-être parce que la première est plus stimulante et plus excitante. Les récompenses incertaines sont plus difficiles à mettre en place au travail, mais pas impossibles. Vous pouvez « jouer » une tâche en gardant deux enveloppes à votre bureau – l’une contenant une friandise de plus grande valeur – et en en choisissant une seule, au hasard, une fois le travail terminé.

Enfin, l’aversion pour les pertes – la préférence des gens pour éviter les pertes plutôt que d’acquérir des gains équivalents – peut également être utilisée pour concevoir un puissant facteur de motivation externe. Dans une étude réalisée en 2016, des scientifiques de l’université de Pennsylvanie ont demandé à des personnes de faire 7 000 pas par jour pendant six mois. Certains participants ont été payés 1,40 € pour chaque jour où ils ont atteint leur objectif, tandis que d’autres ont perdu 1,40 € s’ils n’y sont pas parvenus. Le second groupe a atteint son objectif quotidien 50 % plus souvent. Les services en ligne tels que StickK.com permettent aux utilisateurs de choisir un objectif, comme « Je veux arrêter de fumer », et de s’engager à perdre s’ils ne l’atteignent pas : Ils doivent faire un don à une organisation ou à un parti politique qu’ils méprisent, par exemple.

Soutenir le progrès

Lorsque les gens travaillent pour atteindre un objectif, ils ont généralement une explosion de motivation au début, puis s’effondrent au milieu, où ils sont le plus susceptibles de décrocher. Par exemple, dans une étude, les Juifs pratiquants étaient plus susceptibles d’allumer une ménorah les premières et dernières nuits de Hanoukka que les six autres nuits, même si la tradition religieuse veut que l’on allume des bougies pendant huit jours consécutifs. Dans une autre expérience, les participants qui travaillaient sur une tâche de découpage de papier ont pris plus de libertés au milieu du projet qu’ils ne l’ont fait sur leurs formes initiales et finales.

Heureusement, la recherche a permis de découvrir plusieurs moyens de lutter contre ce schéma. Je qualifie la première de « petits moyens ». Si vous divisez votre objectif en sous-objectifs plus petits – par exemple, des objectifs de vente hebdomadaires au lieu de trimestriels – vous aurez moins de temps pour succomber à ce fâcheux effondrement.

Une deuxième stratégie consiste à changer la façon dont vous pensez aux progrès que vous avez réalisés. Lorsque nous avons déjà fait des progrès, l’objectif semble à portée de main et nous avons tendance à accroître nos efforts. Par exemple, les consommateurs participant à des programmes de fidélisation ont tendance à dépenser davantage lorsqu’ils sont sur le point de recevoir une récompense. Vous pouvez tirer parti de cette tendance en pensant que votre point de départ est plus loin dans le passé ; peut-être que le projet a commencé non pas la première fois que vous avez agi, mais au moment où il a été proposé pour la première fois.

Une autre astuce mentale consiste à se concentrer sur ce que vous avez déjà fait jusqu’au milieu d’une tâche, puis à porter votre attention sur ce qu’il vous reste à faire. Mes recherches ont montré que ce changement de perspective peut accroître la motivation. Par exemple, dans une promotion pour acheteurs fréquents, le fait de mettre l’accent sur les étapes terminées (« vous avez effectué deux achats sur dix ») a augmenté les achats des clients au début, et le fait de souligner les étapes manquantes (« vous êtes à deux achats d’une récompense gratuite ») a stimulé la consommation à mesure que les acheteurs s’approchaient du but.

Cette tactique peut fonctionner aussi bien pour des tâches par cœur (comme l’envoi de 40 notes de remerciement) que pour des objectifs plus qualitatifs (devenir un pianiste expert). La personne qui écrit les notes peut être motivée en se rappelant combien elle en a envoyé jusqu’à ce qu’elle en ait passé 20 ; elle doit alors compter le nombre de notes qu’il lui reste à faire. De la même manière, une pianiste novice doit se concentrer sur toutes les gammes et compétences qu’elle a acquises au cours de ses premiers stades de développement ; puis, à mesure qu’elle s’améliore, elle doit se concentrer sur les défis techniques restants (arpèges, trilles et trémolos, etc.) qu’elle doit maîtriser.

Exploiter l’influence des autres

Les humains sont des créatures sociales. Nous regardons constamment autour de nous pour voir ce que font les autres, et leurs actions influencent les nôtres. Même s’asseoir à côté d’un employé très performant peut augmenter votre rendement. Mais lorsqu’il s’agit de motivation, cette dynamique est plus complexe. Lorsque nous voyons un collègue accélérer dans une tâche qui nous laisse frustrés, nous réagissons de deux façons : Soit nous sommes inspirés et essayons de copier ce comportement, soit nous perdons notre motivation en pensant que nous pourrions laisser la tâche à notre collègue. Cela n’est pas entièrement irrationnel : les humains ont prospéré en tant qu’espèce grâce à la spécialisation individuelle et en tirant le meilleur parti de leurs avantages comparatifs.

Le problème est que, surtout au travail, nous ne pouvons pas toujours déléguer. Mais nous pouvons toujours utiliser l’influence sociale à notre avantage. Une règle consiste à ne jamais observer passivement des collègues ambitieux, efficaces et qui réussissent ; il y a trop de risques que cela soit démotivant. Parlez plutôt à ces pairs de ce qu’ils essaient d’accomplir avec leur travail et des raisons pour lesquelles ils recommanderaient de le faire. Mes recherches montrent que lorsqu’un ami recommande un produit, les gens sont plus enclins à l’acheter, mais ils ne le feront pas s’ils apprennent simplement que l’ami a acheté le produit. Écouter ce que vos modèles disent de leurs objectifs peut vous aider à trouver une inspiration supplémentaire et à améliorer votre propre vision.

Il est intéressant de noter que donner des conseils plutôt que de les demander peut être un moyen encore plus efficace de surmonter les déficits de motivation, car cela renforce la confiance et stimule ainsi l’action. Dans une étude récente, j’ai constaté que les personnes qui se battent pour atteindre un objectif comme celui de trouver un emploi supposent qu’elles ont besoin des conseils d’experts pour réussir. En fait, ils étaient mieux servis en offrant leur sagesse à d’autres demandeurs d’emploi, car lorsqu’ils le faisaient, ils établissaient des plans concrets qu’ils pouvaient suivre eux-mêmes, dont il a été démontré qu’ils augmentaient la motivation et la réussite.

Une dernière façon d’exploiter l’influence sociale positive consiste à reconnaître que les personnes qui vous motiveront le mieux pour accomplir certaines tâches ne sont pas nécessairement celles qui les accomplissent bien. Il s’agit plutôt de personnes qui partagent avec vous un objectif global : des amis proches, de la famille ou des mentors. Penser à ces personnes et à notre désir de réussir en leur nom peut contribuer à nous fournir les puissants stimulants intrinsèques dont nous avons besoin pour atteindre nos objectifs. Une femme peut trouver la corvée au travail gratifiante si elle a le sentiment de donner l’exemple à sa fille ; un homme peut trouver plus facile de s’en tenir à son programme de remise en forme si cela l’aide à se sentir plus dynamique lorsqu’il est avec ses amis.

Conclusion

En psychologie positive, le flux est défini comme un état mental dans lequel une personne est totalement immergée, avec une concentration et un plaisir énergiques, dans une activité. Hélas, ce sentiment peut être fugace ou insaisissable dans la vie quotidienne. Le plus souvent, nous nous sentons comme le baron de Münchhausen dans le marais, luttant pour avancer dans la poursuite de nos objectifs. Dans ces situations, il peut être utile d’exploiter la puissance des motivations intrinsèques et extrinsèques, de fixer soigneusement les incitations, de se concentrer sur l’arrière ou l’avant selon l’approche de l’arrivée, et d’exploiter l’influence sociale. L’auto-motivation est l’une des compétences les plus difficiles à acquérir, mais elle est essentielle à votre réussite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.